Feuilles de routes : Retour du Sénégal…

Avec ce titre très « littéraire » et fortement inspiré de Retour de l’URSS d’André Gide, j’avais envie de vous faire voyager. En décembre j’ai passé mes vacances dans mon pays, celui du soleil, de la bonne humeur et de l’amour : le Sénégal. Ces deux semaines ont été pour moi un véritable ressourcement, un coup de boost dont j’avais besoin. Pour cela, j’ai sélectionné pour vous mes plus belles photos, les plus significatives de ce séjour afin de vous rendre compte le mieux possible de toutes ces choses et peut-être, vous apporter un peu de soleil et de chaleur…

Il n’y a rien de plus agréable qu’il m’ait été donné d’entendre que la musique produite par le vent se glissant entre les feuilles des arbres immenses. Pour les baobabs, c’est un peu différent… C’est comme si le coeur de la terre entière résonnait à travers eux, et quand une bourrasque de vent souffle entre leurs branches c’est comme un monde parallèle qui s’ouvre, rempli de toute la beauté du monde et celle des hommes.

Le Sénégal nous offre une multitude de paysages exceptionnels lorsque l’on prend le temps de s’éloigner un peu des villes pour se plonger dans sa brousse indomptable. C’est dans cette brousse à l’apparence interminable que nous nous sommes lancés dans une longue route de cinq heures en buggy avec mon chéri. Pendants ces heures – semblant pourtant très courtes – nous avons circulé à travers des paysages époustouflants tant par leur beauté que leur diversité.

La joie de l’arrivée s’est vite transformée en joie de manger un plat typique du pays qui me plait particulièrement : le poulet yassa. Ce plat est fait de poulet mariné, de légumes et d’une sauce aux oignons, à la moutarde, à l’ail et au citron ; il se mange traditionnellement avec du riz blanc et c’est avec lui qu’il se marie le mieux.

Quelques jours plus tard, nous sommes allés à la plage. Rien n’égale le bruit des vagues s’écrasant contre les rochers au milieu d’un calme assourdissant où seule la nature règne. Toutes ces diversités trop petites et trop unies pour être perçues individuellement, mais pouvant être vues comme un tout…comme le disait si bien Baudelaire dans son poème L’Invitation au voyage « là tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté ».

Les sorties en buggy ont rythmé nos journées…accompagnée de mon cousin et de mon copain nous avons multiplié les sorties avec des décors toujours si différents ! Le vent dans nos cheveux, la veille de mon départ, nous étions sur cette plage à boire l’apéro… Une chose est sure, je n’avais plus envie de partir !

Finalement, s’il n’y avait une chose que je devais retenir de ce bref retour au Sénégal, c’est qu’on ne connait jamais aussi bien un endroit, qu’on ne se rend jamais vraiment compte de la valeur qu’on lui accorde qu’en s’éloignant de lui. Il faut parfois prendre de la distance pour que subitement l’on se rende compte de la chance qu’on avait, la chance qu’on a. Je n’ai jamais été aussi loin de mon pays aussi longtemps et c’est seulement maintenant que je me rends compte d’à quel point il est important pour moi et jamais je ne l’ai compris ni aimé autant qu’aujourd’hui. C’est maintenant que j’en suis loin que je m’aperçois réellement que l’Afrique, le Sénégal : c’est moi.

Et voilà le récit de mon retour au Sénégal ! J’espère que cet article vous a plu et si vous le souhaitez, vous pouvez laisser un commentaire un peu plus bas. N’hésitez pas également à aimer et partager afin de m’aider, cela me ferrais vraiment plaisir ! Si jamais vous avez une question, une envie d’article, besoin d’un avis/conseil : n’hésitez pas à m’envoyer un message en remplissant le formulaire de contact, je me ferais un plaisir de vous répondre ! (inscrivez-vous aussi à la newsletter si vous ne voulez plus manquer un seul article !)