Robben Island…

Un article sur l’Afrique du Sud est déjà en ligne sur le blog et pourtant je ne vous ai pas parlé de Robben Island. Un simple oubli ? Eh bien non ! C’est parce qu’il y a tellement de choses à dire dessus et que cette prison est si importante que j’ai décidé de lui consacrer un article à elle seule.

Un contexte historique fort :

Vous n’êtes pas sans le savoir, mais l’ile de Robben Island est un haut lieu de l’histoire sud-africaine et de l’apartheid. Après avoir servi de léproserie et d’hôpital psychiatrique ; l’ile servait de prison durant les années 1948 à 1991 pour les prisonniers politiques noirs s’opposant au régime de l’Apartheid et les prisonniers de droit commun (ex : meurtriers, violeurs).

IMG_0902

Les conditions de détention :

Les prisonniers subissaient des conditions très difficiles, voire inhumaines. Tout d’abord, le régime alimentaire était différencié pour chaque groupe ou race. Les détenus disposaient d’une carte sur laquelle étaient inscrites les portions autorisées pour chacun. De plus, les prisonniers dormaient parfois à même le sol sur un matelas de quelques millimètres d’épaisseur. Enfin, les gardes les faisaient parfois sortir tard la nuit quand il pleuvait alors qu’ils n’avaient que des t-shirts et des shorts avant de leur faire creuser un énorme trou dans lequel ils devaient se jeter avant de se faire recouvrir d’urine par les gardes.

L’enjeu de l’éducation présent même en prison :

Les prisonniers politiques et de droits communs purgeaient alors leurs peines dans la même prison. Cette situation anormale s’est révélée être une expérience positive pour les détenus. En effet, les prisonniers politiques, plus instruits, apprenaient aux autres à lire et écrire en dessinant les lettres dans le sable. Ils devaient faire cela dans le plus grand secret pour ne pas être la cible de lourdes sanctions. Pour y arriver, ils « profitaient » des seuls moments durant lesquels les gardes ne les suivaient pas ; là où ils allaient se soulager durant les longues heures de travail dans la carrière de pierre : une petite grotte un peu à l’écart appelée par la suite « l’université de Robben Island ». C’est dans celle-ci accroupi, que les prisonniers politiques comme Nelson Mandela apprenaient aux autres à lire et à écrire.

IMG_0877

L’expérience de la visite et son évolution au fil du temps :

Issue d’une famille sud-africaine, j’ai la chance de pouvoir ajouter au mien les témoignages de ceux de ma famille qui ont connu et vécu l’apartheid. Depuis sa conversion en musée, la visite de la prison a véritablement changé et le ressenti en tant que visiteur évolue avec le temps ; c’est ce que j’ai constaté en l’ayant visité à trois reprises à plusieurs années d’écart. Ma grand-mère a visité l’ile en 1999, soit environ deux ans après son ouverture au public et la visite reflétait réellement l’ambiance qui régnait dans le pays pendant l’apartheid : après l’arrivée sur l’ile, la visite commençait de façon plutôt violente lorsque le guide, en tenue de gardien, lui-même ancien prisonnier, annonçait : « WHITES HERE, BLACKS OVER THERE » (les blancs ici, les noirs là-bas). Les visiteurs découvraient alors la dureté de la réalité de la ségrégation à cette époque et faisaient la visite dans ces conditions. Les prisonniers ayant acceptés d’être guide et de vivre sur l’ile étaient alors encore empreints de leurs dures années d’emprisonnement et de maltraitance : leur émotion résonnait en puissance dans les coeurs des visiteurs et faisaient vivre leur histoire.

Depuis cette époque, la visite à beaucoup évolué et n’est plus la même : la première fois que j’y suis allée, vers 2010, l’on pouvait encore entrer dans la cellule de Nelson Mandela et le fond historique était encore intact et poignant. Depuis, la cellule a été fermée au public, on ne peut l’observer que de l’extérieur parce que quelqu’un y a volé la cuillère de Nelson Mandela ; de plus, certains des événements sont parfois oubliés et le ressenti n’est plus aussi « poignant ». Si vous voulez mon avis, l’histoire et la visite de Robben Island évoluent avec ses anciens prisonniers (guides) et selon leur avancée dans leur guérison vis-à-vis des événements qu’ils y ont subis. L’omission de certains événements est alors, semble-t-il, le témoignage d’une paix des prisonniers avec eux-mêmes et leur histoire.

IMG_0884

L’Afrique du Sud en vidéo : c’est ICI ou !

Et voilà, c’est tout ce que j’ai pour vous pour le moment sur ce pays mystérieux ! J’espère que cet article aura pu vous aider, si vous le souhaitez, vous pouvez laisser un commentaire un peu plus bas. N’hésitez pas également à l’aimer et à le partager afin de m’aider, cela me ferrais vraiment plaisir ! Si jamais vous avez une question, une envie d’article, besoin d’un avis/conseil : n’hésitez pas à m’envoyer un message en remplissant le formulaire de contact, je me ferais un plaisir de vous répondre ! (inscrivez-vous aussi à la newsletter si vous ne voulez plus manquer un seul article !)